Olympus PEN E-P5 : le changement, c’est maintenant.

L’Olympus PEN E-P5, haut de gamme des compacts hybrides à objectifs interchangeables (à monture Micro 4/3) d’Olympus, dévoilé officiellement ce jour par la marque, aura été présenté plusieurs mois après les PEN Lite E-PL5 et PEN Mini E-PM2 qui forment donc aujourd’hui avec ce nouveau E-P5 la gamme PEN.

Si le design du PEN E-P5 lie de toute évidence ce dernier aux précédents PEN E-P1, E-P2 et E-P3, le style évolue pour évoquer un peu plus encore les Olympus PEN F/FT argentiques et ce de manière non seulement assumée mais également revendiquée !

L’électronique s’inspire en revanche des dernières productions de la marque et en particulier de l’excellent OM-D E-M5 auquel l’E-P5 ajoute des nouveautés inédites sur le segment des hybrides.

Nous avons pu prendre en main ce PEN E-P5 lors de sa présentation par M. Toshiyuki Terada (Deputy General Manager SLR Products d’Olympus) et ainsi pu le tester pendant quelques heures afin de nous faire un premier avis sur celui-ci…

 

M. Terada présentant l'Olympus PEN E-P5 au côté de notre PEN FT que nous avions emmené pour l'occasion !

1/ le boîtier, l’ergonomie

1.1 Le style du PEN E-P5 évoque celui des PEN argentiques des années 60 mais dans une formulation plus moderne, dans la veine des E-P1, E-P2 et E-P3. La dénomination "OLYMPUS PEN" gravée sur la face de l’appareil, au-dessus de la monture, est reprise de celle utilisée par les PEN argentiques pour un effet "rétro mais pas trop" plutôt réussi.

L’E-P5 sera disponible en trois livrées : silver, noir et blanc.




La version silver de l’E-P5 est certainement celle qui évolue le plus par rapport aux précédents PEN E-P1, E-P2 ou E-P3, en reprenant les codes de la version argentique : base et sommet du boîtier en silver et revêtement noir sur le reste du boîtier.

C’est donc sans doute avec sa version silver que l’E-P5 joue le plus ouvertement la carte du rétro mais les PEN argentiques ont également été commercialisés dans une version complètement noire, certes plus rare, dont le style est repris par l’E-P5 noir avec sa dénomination au-dessus de la monture reprenant la typo blanche de son ancêtre.

1.2 Si le style évolue relativement en douceur (ce dont, pour notre part, on ne se plaindra pas…), l’ergonomie, elle, a été revue. On constate ainsi en premier lieu que la molette "sous le pouce" des précédents PEN ainsi que la molette en couronne au dos du boîtier ont disparu…

L’E-P5 adopte un système, plus classique, constitué de deux molettes sur le sommet du boîtier : une mollette "avant" (sous l’index) et une molette "arrière".

Ces deux molettes permettent chacune de régler deux paramètres, la bascule s’opérant via le levier entourant le déclencheur vidéo.

Ainsi, levier en position 1 (à gauche) :

– la molette avant permet de régler la correction de l’exposition ;

– la molette arrière permet de régler l’ouverture de l’objectif.

Lorsque le levier est basculé en position 2 :

– la molette avant permet de régler la sensibilité ;

– la molette arrière permet de régler la balance des blancs.

A noter que les fonctions paramétrables via les molettes ne sont certes pas personnalisables. Toutefois, un bouton "fn" au somment du boîtier, le déclencheur vidéo, le bouton "loupe" ainsi que les boutons haut, bas, gauche, droite de la couronne peuvent bien être personnalisés.

1.3 L’E-P3 avait déjà adopté une interface tactile, l’E-P5 conserve cette interface mais abandonne son écran OLED de 610.000 points. L’E-P5 adopte en effet un écran LCD haute définition de 1.040.000 points. Autre évolution notable, l’écran est désormais articulé, sur un axe horizontal.



1.4 Comme c’est le cas depuis l’E-P2, l’E-P5 dispose d’un port accessoires (de type 2) situé sous la griffe de flash. Ce port permet le montage de divers accessoires et notamment un viseur électronique assurant ainsi une visée à hauteur d’œil. : un accessoire qui est bien plus qu’un accessoire pour nombre d’utilisateurs. Or parallèlement à la présentation de son E-P5, Olympus a également dévoilé un nouveau viseur électronique haute performance, le VF-4. Ce nouveau viseur affiche une image de grande dimension comparable à celle des reflex 24×36 (couverture de 100%, grossissement de x1.48 soit x.74 en équivalent 24×36 !) et particulièrement fine avec sa définition de 2.360.000 points. Pour notre présentation complète et détaillée du VF-4, cliquez ICI.


Notre avis : L’E-P5 présente un design véritablement très attractif : la version silver est magnifique, la version noire, sans doute plus sobre, se marie très bien avec les nouvelles versions noires des objectifs M.Zuiko Digital !

L’E-P5 est aussi très agréable à manipuler, les matériaux sont manifestement très bien choisis avec une présence omniprésente du métal offrant un touché très plaisant et même "vibrant". Il y a de surcroît un souci évident du détail dans les finitions (comme par exemple les boutons et molettes en métal) attestant du caractère haut de gamme de l’E-P5.

L’ergonomie à double molette est intuitive, en particulier pour les utilisateurs habitués des reflex. Les possibilités de personnalisation seront suffisantes dans la plupart des cas d’autant que les principales commandes sont déjà directement accessibles et les réglages se font véritablement à la volée.

Le montage du viseur a bien évidemment un impact sur l’encombrement de l’appareil mais celui-ci reste bien plus compact et maniable qu’un système 24×26, tout en offrant une image réellement très confortable !

 

2/ l’électronique, la mécanique

Capteur 4/3 de 16MP et processeur TruePic VI sont identiques à ceux présents dans l’OM-D E-M5 ou les PEN Lite E-PL5 et PEN Mini E-PM2. La qualité d’image de l’E-P5 devrait par conséquent être très similaire, c’est-à-dire très bonne avec une excellente dynamique et de très bonnes performances en basse lumière (grâce à une très bonne monté en ISO).

L’E-P5 apporte toutefois son lot d’innovations :

2.1 L’E-P5 est ainsi le premier hybride du marché à embarquer un obturateur mécanique pouvant atteindre la vitesse maximum de 1/8000ème de seconde.

Une caractéristique que l’E-P5 partage donc avec les reflex experts (hormis les Canon EOS 6D et Nikon D600 dont les obturateurs "plafonnent" à 1/4000ème) et qui permet d’utiliser les objectifs lumineux à pleine ouverture en pleine journée et ainsi d’obtenir une profondeur de champ plus réduite. Un progrès significatif dans le segment des hybrides – que nous réclamions ! – qui aura un impact direct et très positif sur le rendu photographique !

A gauche, photo prise à 1/4000ème, 200 ISO, f/3.5 / A droite, 1/8000ème, 100ISO, f/1.8

De surcroît, si à l’instar des E-M5, E-PL5 et E-PM2, la valeur ISO de base est de 200 ISO, l’E-P5 dispose d’un nouveau mode « low » abaissant cette valeur à 100 ISO, permettant ainsi de réduire encore la vitesse d’obturation.

 

2.2 Tandis que les précédents PEN embarquent un système de stabilisation, mécanique en mode photo et électronique en mode vidéo, fonctionnant sur 3 axes, l’E-P5 inaugure dans la gamme PEN le système de stabilisation mécanique "5 axes" lancé avec l’OM-D E-M5. Comme on peut le constater sur le visuel ci-dessous, ce système assure la stabilisation la plus complète par déplacement du capteur, particulièrement efficace tant en photo qu’en vidéo.

Comme sur l’E-M5, les capteurs du système de stabilisation de l’E-P5 ont été placés au sommet du boîtier, dans l’axe de l’objectif.

Ce stabilisateur mécanique déjà très performant dans l’E-M5 évolue avec l’E-P5 avec un nouveau mode "IS-auto" s’ajoutant aux modes 1 (tous axes) 2 (filé horizontal) et 3 (filé vertical). Ce mode auto détecte si l’appareil est utilisé en filé horizontal ou verticale et activera automatiquement le mode de stabilisation adéquate.

 

2.3 L’E-P5 reprend bien entendu le système autofocus ultra rapide FAST AF assurant une mise au point quasi instantanée. L’E-P5 se veut toutefois encore plus réactif et précis.

2.3.1 Olympus annonce ainsi un démarrage en seulement 0.5s. La vitesse de déclenchement est également optimisée, l’E-P5 disposant par ailleurs d’une fonction « boostant » encore le déclenchement (à activer dans le menu), permettant ainsi de gagner quelques millièmes de seconde… (au détriment de l’autonomie, cette fonction consommant un peu plus d’énergie).

2.3.2 Il est possible de faire le point sur une zone très réduite de l’image ("super spot AF"). Une fonction qui pourra en particulier s’avérer utile en macro.

Par ailleurs, l’E-P5 inaugure chez Olympus le focus peaking : une assistance à la mise au point manuelle (coloration en noir ou en blanc, c’est au choix d l’utilisateur, des contours quand la mise au point est correcte). Le peaking peut être assigné au bouton "fn" au sommet du boîtier…

2.3.3 Enfin, la vitesse de mise au point avec les objectifs reflex 4/3 aurait également été améliorée puisque celle-ci serait de 20 à 45% plus rapide qu'avec l'E-P3. Nous ne disposons toutefois pas d'informations supplémentaires (sur quels objectifs précisément ?) et n'avions pas avec nous d'objectifs 4/3 pour apprécier une amélioration à ce niveau.

 

2.4 L’E-P5 embarque un flash, à l’instar de l’E-P3, toutefois la synchro flash est désormais possible avec ce flash intégré à 1/320ème ! L’E-P5 peut également contrôler plusieurs flashes à distance, sans fil.

 

2.5 L’E-P5 est le premier appareil Olympus à embarquer un module Wifi. L’intégration du wifi expliquerait du reste que le grip main droite n’est pas amovible (au contraire de l’E-P3), le module wifi se situant justement sous ce grip.

Les fonctionnalités wifi sont plutôt complètes, il est en effet possible de :

1- transférer (sans fil) ses photos vers un smartphone (ou une tablette).

2- géolocaliser les photos. L’E-P5 n’embarque pas de module GPS mais il est possible de géotagger ses photos en utilisant les données GPS de son smartphone.

3- de faire la mise au point et déclencher à distance. Une fonction qui pourra être particulièrement utile pour de la photo "nature" ou "macro", des conditions où la présence "effrayante" du photographe près du sujet peut-être un problème !

4- de faire des photos en utilisant une fonction retardateur.

La connexion entre l’E-P5 et le smartphone ou la tablette se fait de manière très simple, via un QR code : une fois la fonction wifi activée, l’appareil génère un QR code qu’il suffit de lire avec son smartphone… et la connexion est ainsi effectuée !

Bien entendu, l’utilisation de la fonction wifi implique l’installation sur son smartphone ou tablette de l’application Olympus Image Share qui passe d’ailleurs pour l’occasion en version 2.0, disponible gratuitement sur l’App Store (cliquez ICI) et sur Google Play (cliquez ICI).

Une fois les photos transférées sur le smartphone ou la tablette, il est alors possible très simplement de poster ses photos sur ses réseaux (facebook, twitter, etc.) mais l’application OI Share permet également d’éditer ses photos en leur appliquant un ou plusieurs filtres, en ajoutant une signature, etc.

 

Notre avis : La réactivité de l’E-P5 est réellement excellente avec une mise en route vraiment très rapide, une mise au point et un déclenchement quasi instantanés et ce, même en wifi (nous avons pu faire le test sur un ipad). En terme de célérité, l'E-P5 se situe clairement au niveau des reflex experts du moment, si ce n'est mieux.

Nous avons pu apprécier l’utilité d’un obturateur 1/8000ème puisque lors de nos prises de vue en extérieur, la lumière était particulièrement dure : avec un M.Zuiko 75/1.8 à pleine ouverture, nous atteignions régulièrement la vitesse maximum de 1/8000ème ! Le passage à 100 ISO nous a également permis de passer là où la lumière était vraiment trop dure… Ces deux améliorations que nous réclamions ne sont donc pas anecdotiques…

 

3/ les images

Le firmware de l’E-P5 que nous avons pu prendre en main n’étant pas finalisés, nous ne pouvons pas publier de photos prises lors de cette prise en main. On peut toutefois légitimement penser que  la qualité d’image sera de toute évidence très similaire à celle de l’OM-D E-M5 avec lequel l’E-P5 partage le même capteur, le même processeur et le même stabilisateur.

L’Olympus PEN E-P5 embarque également lui aussi des filtres artistiques. Au nombre de douze, certains disposent de plusieurs variations et divers effets peuvent leur être appliqués.

Ces filtres peuvent être appliqués dès la prise de vue et ce, que l’on shoote en JPEG ou en RAW (dans cette dernière hypothèse, l’appareil enregistrera alors un RAW qui restera bien entendu intact et un JPEG "filtré"). L’E-P5 propose bien entendu toujours la fonction "braketing Art" apparue avec l’E-P3 : l’appareil génèrera alors autant de photos filtrées (au format JPEG) que de filtres sélectionnés !

Il est également possible d’appliquer ces filtres a posteriori :

– soit, et c’est nouveau, à l’édition de RAWs dans l’appareil ;

– soit en post-traitement de RAW via le logiciel Olympus Viewer 3 fourni avec l’appareil ;

– soit en post-traitement de JPEG via l’application Olympus Share.

 

L’E-P5 inaugure par ailleurs un nouveau mode photo apparu avec le compact expert XZ-10 : "photo story" (ou "livre photo"), un mode directement accessible via la molette de modes au sommet du boîtier (symbolisé par un carré divisé en trois). Ce mode permet d’associer plusieurs photos afin de créer différents types de compositions. Deux types de compositions sont disponibles : standard et « fun », plusieurs variations étant disponibles dans ces deux modes, cf. visuels ci-dessous.

 

Disponibilité prévue pour la fin du mois de juin 2013. Les configurations, tout comme les prix n’ont pour l’heure pas encore été complètement arrêtées. L’E-P5 devrait être disponible nu (à un prix public indicatif qui devrait être de 999€), nu avec un viseur électronique VF-4. Différents kits d’objectifs (avec ou sans viseur VF-4) devraient également être proposés : on pense notamment au zoom M.Zuiko Digital 14-42/3.5-5.6 II MSC mais également au M.Zuiko Digital 17/1.8.

 

Pour conclure : Les Olympus PEN argentiques sont nés reflex, avec une technologie et un style unique. Les PEN ont ressuscité en compact, à objectifs interchangeables, mais toujours avec une technologie originale et un style toujours aussi unique qui évolue en douceur depuis l’E-P1.

Avec l’E-P5, la gamme Olympus PEN change plus radicalement que son aspect pourrait le laisser imaginer. Un changement en profondeur après trois générations de PEN (E-P1, E-P2 et E-P3) relativement proches techniquement et donc photographiquement.

Si le prix (à confirmer et à affiner) peut paraitre un peu élevé, l’E-P5 reprenant des composants qui ont pu faire leurs preuves dans d’autres hybrides Olympus moins chers. Leur intégration semble toutefois plus aboutie dans l’E-P5 (cf. par exemple le stabilisateur et son nouveau mode IS-auto, le super spot AF, le focus peaking, le mode réduisant le lag au déclenchement, etc.) et quelques nouveautés devraient permettre d’en tirer pleinement partie (on pense notamment au nouvel obturateur 1/8000ème ou l’intégration du wifi). La qualité de fabrication et les matériaux (et tout cela a un coût) font en outre très belle impression : l’E-P5 est un bel objet, très agréable à manipuler, ce qui n’est pas sans intérêt pour la pratique de la photo.

 

Ci-dessous, les caractéristiques techniques complètes de l’Olympus PEN E-P5.

 

Olympus PEN E-P5

Prix au lancement

999 € nu

Capteur :
– taille
– définition

Standard 4/3
17.3x13mm (225mm²)
16.1MP

Sensibilité

200 à 25600 ISO (mode low : 100 ISO)

Autofocus

FAST AF (35 zones)

Exposition

324 zones

Obturateur

1/8000ème à 60s

Rafale

9 i/s (IS désactivé, AF et exposition calée sur la première photo) – mesurée avec M.Zuiko 12-50/3.5-6.3

Stabilisateur

5 axes

Ecran :
– taille
– définition
– interface tactile
– articulation

LCD
3cm (7,6cm) ratio 3/2
1.040.000 points
Oui
Oui

Viseur

En option

Flash

NG7

Horizon artificiel

Oui (double axes)

Filtres/Effets

Pop Art
Soft focus,
Couleur pastel & lumineuse,
Ton lumineux,
Film granuleux N&B,
Sténopé,
Diorama (maquette),
Traitement croisé,
Sepia,
Ton dramatique,
Feutre,
Aquarelle.

Effets d’encadrement (bord usé), de vignettage, de flou, de fondu blanc, de scintillement, de noir & blanc, de tonalité.

Photo Story

Vidéo

Full HD 1080 à 30p (AVI, MOV)
HD 720 à 30p (AVI, MOV)

Effets : One-shot echo, multi-echo, art fade (fondu entre filtres artistiques)

Modes A, S et M disponibles en video.

Wifi

Intégré

GPS

Via application OI Share

Système anti-poussière

SSWF

Tropicalisation

Non

Autonomie

400 photos (BLN-1)

Dimensions (LxHxP)

122.3×68.9×37.2mm

Poids nu (avec batterie)

420gr

 

 

Mots clés :
 

15 Responses : “Olympus PEN E-P5 : le changement, c’est maintenant.”

  1. […] Le mode d’emploi en français de l’Olympus PEN E-P5 est disponible. […]

  2. [...] Comme prévu lors de la présentation de l’Olympus PEN E-P5, l’application mobile OI.Share (Olympus Image Share) passe en version 2. [...]

  3. doubichou dit :

  4. doubichou dit :

  5. [...] Panasonic présente le Lumix GX7, concurrent du PEN E-P5, il en adopte les codes et un obturateur pouvant atteindre la vitesse maximum de 1/8000ème de seconde. [...]

  6. [...] Olympus UK a présenté une Art Edition du PEN E-P5, une série limitée qui ne sera distribuée qu’au Royaume-Uni [...]

  7. [...] L’Olympus PEN E-P5 a reçu le prix EISA du meilleur compact hybride expert 2013-2014 ! [...]

  8. doubichou dit :

  9. doubichou dit :

  10. [...] L’E-M1 adopte une ergonomie inaugurée avec l’E-P5. Chacune de ces molettes permet de régler deux paramètres, la bascule entre ces deux [...]

  11. OPen Photo News dit :

    Test de l'Olympus PEN E-P5 par dpreview : silver award !

    A maints égards, l'Olympus PEN E-P5 est un appareil expert attachant avec de solides performances (qualité d'image, autofocus, wifi, etc.) et un design particulièrement réussi.

  12. [...] Le design de l’Olympus PEN E-P5 récompensé par un IF Product Design 2014 ! [...]

  13. […] Quelques jours après la mise à disposition d’un firmware 1.4, une mise à jour 1.5 est disponible afin de corriger un bug contenu dans le firmware 1.4 empêchant l’affichage correct des informations concernant la prise de vue (vitesse d’obturation, ouverture, sensibilité ISO). Les apports de la mise à jour 1.4 sont bien entendu maintenus, à savoir notamment l'ajout d'un réglage "0 seconde" dans le menu "Anti-Vibration" […]

  14. […] Olympus présente l’E-PL7, un compact à objectifs interchangeables (à monture Micro 4/3) intégrant la gamme PEN de la marque. Déclinaison compact de l’OM-D E-M10, ce PEN Lite E-PL7 apparaît particulièrement abouti et est proposé à un tarif plutôt agressif (599€ avec son zoom ultra plat). […]

Laissez une réponse !

Premium WordPress Themes



 

WordPress